Dynastie des ben Sultan : les cheikhs controversés qui ont fait des Émirats arabes unis une puissance mondiale

(BBC Afrique) Il y a seulement une cinquantaine d’années, ils constituaient un groupe de royaumes tribaux dans le désert de la péninsule arabique.

Un demi-siècle plus tard, là où il n’y avait que des souks et des maisons en forme de tente, on trouve des villes hérissées de gratte-ciel et des autoroutes de conception galactique.

Là où l’on cueillait des dattes, cherchait les perles et élevait des chameaux pour survivre, on trouve aujourd’hui une antenne du Louvre à Paris et des campus satellites de l’université de New York et de la Sorbonne.

Ils possèdent également le plus haut bâtiment du monde, l’hôtel le plus luxueux (7 étoiles), ont payé le plus cher pour une peinture (le Salvator Mundi, attribué à Léonard) et ce qui était jusqu’à récemment le plus grand centre commercial du monde.

Et comme si cela ne suffisait pas, ils figurent parmi les rares pays à avoir envoyé des missions dans l’espace et ont été les pionniers de l’instauration officielle de la semaine de travail de quatre jours et demi.

Les Émirats arabes unis (EAU) sont devenus au fil des ans une passerelle entre l’Orient et l’Occident, une combinaison de modernité, de technologie et d’extravagance portée par ses riches gisements de pétrole.

Mais c’est aussi un acteur mondial puissant, un allié clé des puissances occidentales dans la région du golfe Persique et l’une des autocraties les plus controversées du monde.

Et derrière cette transformation qui a secoué le pays en moins d’un demi-siècle, les experts du Moyen-Orient n’hésitent pas à désigner l’homme qui a dirigé la confédération des émirats du début de ce siècle jusqu’à sa mort ce mois-ci : le cheikh Khalifa ben Zayed ben Sultan Al Nahayan.

Considéré comme l’un des hommes les plus riches du monde, l’émir et souverain d’Abu Dhabi a été le deuxième président de l’histoire des Émirats arabes unis et la figure controversée qui a placé son pays hors de la carte du développement régional.

Il était éloigné des yeux du public depuis 2014 après un accident vasculaire cérébral, mais sa présence était quotidienne : ses photographies étaient partout, ornant les halls d’hôtels, les bureaux gouvernementaux et même les magasins et les restaurants.

Pour le remplacer, le nom de son demi-frère Mohammed bin Zayed ben Sultan Al Nahayan, dont on pense qu’il a été la tête pensante de la politique étrangère émiratie au cours de la dernière décennie, a été annoncé sans surprise.

Mais comment cette dynastie de cheikhs a-t-elle réussi à faire passer son pays d’un royaume tribal à l’une des nouvelles puissances du Moyen-Orient ?

La formation

À la fin des années 1960, le Royaume-Uni avait pratiquement renoncé à maintenir ses colonies dans la péninsule arabique.

Ils y étaient arrivés presque un siècle plus tôt, pour prendre le contrôle de tribus militantes qui pillaient les navires marchands passant sur leurs côtes.

Les Émirats arabes unis impliqués dans l’attaque d’un drone en Libye

Mais bien que le pétrole n’ait été découvert que récemment, les Britanniques voient plus de danger que de profit potentiel à rester sur place.

C’est alors que les cheikhs des six émirats de la région (Abu Dhabi, Dubaï, Sharjah, Ajman, Umm Al Quwain et Fujairah) ont décidé de former un conseil pour coordonner les affaires entre eux.

Et en décembre 1971, ils ont annoncé qu’ils s’uniraient pour former un nouveau pays : les Émirats arabes unis, une confédération de royaumes semi-autonomes.

Il a rapidement été rejoint par un autre émirat, Ras al Khaimah, pour façonner la carte actuelle de la nation du Golfe.

L’émir d’Abu Dhabi de l’époque, Zayed ben Sultan al-Nahyan (le père de Khalifa et de Mohammed), a été élu premier président et, grâce au pétrole découvert peu avant, a entamé un processus extravagant de croissance économique, démographique et de richesse interne.

La croissance

Il s’agissait d’un processus similaire à celui suivi par les autres monarchies musulmanes sunnites du golfe Persique (Arabie saoudite, Oman, Qatar, Bahreïn, Koweït et Oman).

Dans son livre “From Desert Kingdoms to Global Powers. The Rise of the Gulf States”, l’historien Rory Miller affirme que le succès économique inattendu de ces pays est principalement dû à un processus fondé sur leur capacité à redistribuer les revenus pétroliers entre divers groupes d’intérêt et à transformer les excédents restants en actifs de valeur, tels que des biens immobiliers, des œuvres d’art et des actions.

Parmi les autres nations du Golfe, les EAU sont rapidement devenus l’un des pays les plus riches et les plus développés par habitant.

Tous les émirats ne disposaient pas des mêmes quantités de pétrole, ce qui a également influencé le développement de la nouvelle nation : Abu Dhabi et Dubaï sont rapidement devenus l’épine dorsale de la croissance économique nationale.

Les émirats étant semi-autonomes, la possibilité de se réinventer sur le plan économique et du développement a également diversifié le paysage financier : certains émirats ont commencé à se concentrer sur le tourisme et d’autres ont créé des stratégies pour attirer les capitaux étrangers.

C’est ainsi que la Jebel Ali Free Zone a été créée à Dubaï en 1985, et près de 40 ans plus tard, elle reste la plus grande zone franche du monde.

Le nombre de zones franches s’est multiplié : on en compte aujourd’hui plus de 30. Les tactiques visant à attirer les investissements étrangers sont également devenues de plus en plus fréquentes, allant des allègements fiscaux et des avantages douaniers aux incitations et aux flexibilités étendues pour les propriétaires étrangers.

Pour les Émiriens, c’est la vision du père fondateur de l’État, Zayed ben Sultan al-Nahyan, qui a placé leur pays sur la carte mondiale à la fin du XXe siècle, mais peu d’entre eux doutent que la vision du nouveau siècle ait été apportée par le cheikh Khalifa et son demi-frère.

Le nouveau siècle

L’un des premiers défis que le nouveau – et seulement deuxième – président des Émirats arabes unis a dû relever a été la crise économique qui a frappé le monde en 2008 et qui a profondément affecté Dubaï, l’un des centres financiers du monde.

Le cheikh a décidé d’injecter des milliards de dollars de fonds de sauvetage d’urgence dans l’émirat, ce qui a conduit à ce que la plus haute tour du monde, qui devait initialement s’appeler Burj Dubai, soit rebaptisée Burj Khalifa lors de son inauguration officielle en janvier 2010.

Le dirigeant a également utilisé la richesse pétrolière pour attirer des centres culturels et universitaires dans le pays arabe, ainsi que pour promouvoir l’image de sa nation à l’étranger.

L’argent des Émiriens, tant privé que public, a été investi dans de grandes entreprises, des biens immobiliers de premier ordre, des institutions financières, des marques de luxe et même des clubs de football (comme Manchester City).

Ils ont également financé la construction de certains des bâtiments les plus coûteux construits ces dernières années en Occident.

L’émir de Dubaï et son épouse entament une bataille judiciaire à Londres

Le cheikh Khalifa a cherché à réorienter la dépendance économique vis-à-vis du pétrole en encourageant les investissements dans la recherche sur les énergies renouvelables.

Bien qu’ils aient accru leurs investissements dans le pétrole et le gaz naturel destinés à l’exportation, les Émirats arabes unis ont annoncé l’an dernier qu’ils visaient des émissions nettes nulles d’ici 2050, tout en poursuivant le développement de Masdar, une ville du désert futuriste à faible émission de carbone.

Les critiques du gouvernement ont souligné que le développement apporté par le pétrole ne s’est pas traduit par une société ouverte et pluraliste où les droits de l’Homme sont respectés.

Les Émirats arabes unis ont été désignés par de nombreuses organisations internationales comme ayant une société profondément restrictive, où la liberté de la presse ou d’association n’existe pas et où les critiques du système sont emprisonnées et parfois exécutées.

Dans son rapport 2021, Amnesty a noté que le gouvernement des Émirats arabes unis “a continué à commettre de graves violations des droits humains, notamment des arrestations arbitraires, des traitements cruels et inhumains des détenus, la suppression de la liberté d’expression et des violations du droit à la vie privée”.

Bien qu’il s’agisse du pays dont le revenu par habitant est l’un des plus élevés du Moyen-Orient, on estime que 20 000 à 100 000 personnes nées sur place sont considérées comme apatrides, privées de l’accès aux droits couverts pour les citoyens émiratis, tels que les soins de santé complets, le logement, l’éducation ou les emplois du secteur public.

Rôle mondial

Les réactions à la mort du cheikh Khalifa, même dans des pays très éloignés sur l’échiquier politique, constituent peut-être l’un des signes les plus notables de l’influence que les Émirats arabes unis ont acquise dans le monde.

Si les États-Unis ont envoyé la vice-présidente Kamala Harris aux funérailles, d’autres, comme Cuba, sont allés jusqu’à décréter un deuil officiel.

Les trois dirigeants qui ont gouverné la nation arabe ont également fait tout leur possible pour donner à leur pays une voix dans le discours mondial, même si cela signifiait le faire par l’une des méthodes les plus anciennes : l’argent et la guerre.

L’Abu Dhabi Investment Authority est désormais l’un des plus grands fonds souverains du monde, avec près de 700 milliards de dollars (438 billions 804 milliards 300 millions FCFA) d’actifs, selon les estimations du Sovereign Wealth Fund Institute.

Contre qui votre pays va-t-il jouer ? Voici comment s’est déroulé le tirage au sort de la Coupe du monde Qatar 2022

Depuis qu’il est resté dans l’ombre jusqu’à son arrivée au pouvoir après la mort de son frère, Mohammed ben Zayed ben Sultan Al Nahayan est considéré comme l’un des dirigeants arabes qui a le plus cherché à étendre l’influence de son pays aux quatre coins du monde.

Il s’agit d’un processus croissant d’expansionnisme politique, économique et militaire.

Les Émirats arabes unis ont été le premier État arabe moderne à envoyer ses troupes en Europe. Elle l’a fait en 1999 au Kosovo, à l’appui de l’OTAN.

Ce n’était que le premier exercice d’un étalage croissant d’ambitions géopolitiques qui s’est étendu à d’autres régions.

Puis vint l’Afghanistan : les forces émiraties ont recommencé à y opérer aux côtés de l’OTAN, puis elles ont soutenu les efforts visant à écraser les Frères musulmans en Égypte et, en 2011, elles ont envoyé leurs avions de chasse en mission contre Mouammar Kadhafi en Libye, un pays où elles sont restées militairement actives.

Quelques années plus tard, il se joindra également aux frappes aériennes menées par les États-Unis contre l’État islamique en Syrie et s’engagera dans une lutte stratégique coûteuse avec la Turquie pour une influence qui a même atteint la Somalie, le Soudan, Djibouti et le Somaliland.

Dans l’une des pages les plus controversées, Mohammed ben Zayed al-Nahyan a également décidé de participer à la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen, d’envoyer des forces à Bahreïn ou de mener un embargo contre le Qatar, son autre voisin du golfe Persique.

L’épouse de l’Emir de Dubaï se cache au Royaume-Uni

Mais c’est la guerre au Yémen, un pays poussé à l’effondrement humanitaire, qui a suscité le plus de critiques internationales à l’encontre des EAU.

Ses troupes sur place ont non seulement été accusées de nombreuses violations des droits de l’homme, mais aussi d’association avec des milices locales liées à Al-Qaïda.

Ils sont désormais aussi les alliés de la Grèce et de Chypre, et travaillent aux côtés d’Israël et de l’Égypte en Méditerranée orientale pour contrer les revendications maritimes et énergétiques de la Turquie.

Un pouvoir immense pour un pays qui, il y a 50 ans, n’était qu’une poignée de royaumes tribaux.

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *