Entretien avec Cheikh Bouye Cheikhna Mohamed Taghiyoullah, SG du Parti de l’Unité et du Développement (PUD)

Le Calame  – En tant que secrétaire général du parti PUD, pouvez-vous nous donner votre appréciation de l’accord signé entre le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) et de la mise en place d’une CENI en vue de préparer les prochaines élections municipales, régionales et législatives ?

Cheikh Bouye Cheikhna Taqhiyoullah : Je vous remercie de l’opportunité que votre journal nous offre de donner notre point de vue sur l’actualité du moment. Permettez-moi, à l’occasion du mois de Novembre, mois de notre indépendance nationale, d’adresser mes félicitations à l’ensemble du peuple mauritanien.

Comme vous le savez, notre Parti de l’Unité et du Développement(PUD) est signataire de l’accord entre le MID et les acteurs politiques de la majorité et de l’opposition portant sur les préparatifs des prochaines élections municipales, régionales et législatives prévues en début d’année prochaine. Cet accord est important à plus d’un titre. Il permettra de préparer les élections dans un esprit apaisé et donc de consensus.

Par leur paraphe, les différentes parties signataires vont renforcer l’unité et la démocratie mauritanienne. Nous en félicitons le MID et les vingt-quatre partis politiques qui ont su mettre l’intérêt de leur pays au-dessus des intérêts partisans. C’est tout à leur honneur. À l’abri des attaques terroristes qui hantent les nuits des populations de plusieurs pays du Sahel et d’ailleurs, la Mauritanie a le devoir de sauvegarder ce précieux capital.

Moins de deux semaines après l’accord intervenu fin Octobre, on a posé un autre jalon sur le chemin des élections : la mise en place d’une CENI consensuelle et inclusive. Les partis politiques ont certes mis du temps pour y arriver mais l’essentiel est là, nous avons une CENI. Elle aura la lourde charge de préparer, d’organiser et de superviser les différents scrutins.

Les signataires de l’accord du 26 Septembre 2022 y veilleront en apportant leur concours pour la transparence des élections. Nous y tenons fortement car des élections transparentes, consensuelles, crédibles et inclusives sont la garantie de la paix, de la stabilité et du développement d’un pays. Elles renforcent, par la même occasion, notre crédibilité et la confiance des partenaires.

Comme vous le savez, notre pays est en passe de devenir un pays pétrolier et gazier. Il a donc besoin de quiétude et de stabilité pour bien capitaliser ces opportunités de développement.

Je tiens enfin à signaler ici que lors de la première rencontre avec le directoire de la CENI, nous avons tenu à réitérer notre souci de voir se tenir des élections transparentes et crédibles. Le comité de suivi de l’accord y veillera, nous comptons sur leur expérience, leur maturité et leur conscience de sages.

  – À quelques mois des élections, comment le PUD appréhende-t-il cette échéance ? Allez-vous y prendre part ?

– Comme tous les acteurs politiques. Vous savez que la vocation d’un parti est d’arriver au pouvoir, ce qui s’obtient naturellement par des élections dans les différentes représentations : collectivités locales, l’Assemblée nationale puis la présidence de la République.

C’est vous dire donc que le PUD participera effectivement aux prochaines élections locales : nous nous y préparons, nos équipes explorent le terrain et le moment venu, nous irons à la conquête des suffrages de nos compatriotes. Nous espérons que les élections se dérouleront dans une compétition de saine émulation, le respect mutuel des uns et des autres, la paix et la stabilité, que la CENI veillera scrupuleusement et sans parti pris à son bon déroulement et que les Mauritaniens exerceront librement leurs choix.

Une fois ces conditions réunies, le PUD tirera, comme on dit, son épingle du jeu, nous en sommes convaincus. C’est un parti jeune qui défend l’unité et la cohésion de ce pays, propose de véritables alternatives au plan politique, économique, social et moral. Nous avons aussi l’expérience et la volonté : la confiance des Mauritaniens suivra.

Nous en appelons à leur patriotisme : le monde entier regardera notre pays, nous ne devons pas faillir, les élections locales sont un test pour la présidentielle de 2024. Si la CENI, le gouvernement et les partis le réussissent, nous aurons montré au monde entier que la démocratie en Mauritanie n’est pas un vain mot. Nous devons relever le challenge. C’est tout l’enjeu de ses élections.

  – Le PUD est un parti formé presque entièrement de jeunes. Comment a-t-il accueilli la décision d’attribuer aux jeunes une liste nationale pour la députation ?

-Le PUD apprécie cette décision du président de la République et des autres acteurs politiques. Notre parti le revendiquait depuis longtemps car la jeunesse constitue une force de l’avenir, un atout. Les jeunes représentent plus de la moitié de notre population, c’est un immense potentiel à capitaliser. Les jeunes mauritaniens démontrent chaque jour leur engagement et leur capacité à contribuer au développement de leur pays.

C’est vous dire combien hautement nous apprécions ce geste et, en même temps, que nous invitons les jeunes à se montrer à la hauteur, à ne pas décevoir les forces vives de la Nation. C’est leur devoir. Nous espérons enfin que les choix des jeunes se feront de manière démocratique, inclusive et transparente pour éviter toute contestation préjudiciable, tant aux jeunes qu’à la démocratie mauritanienne. En ce qui nous concerne, le PUD apportera son concours pour relever le défi.

Propos recueillis par Dalay Lam

RIM Web

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *