A Niamey, le G5 Sahel tient un atelier pour élaborer son nouveau Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) 2023-2025

ANP – Les experts du G5 Sahel et leurs partenaires travaillent, depuis ce mercredi 23 Novembre 2022 à l’Hôtel Ténéré de Niamey, pour élaborer le nouveau “Programme d’Investissements Prioritaires (PIP)” de l’organisation devant s’étaler de 2023 à 2025.

L’ouverture officielle des travaux a été marquée par le discours du Chef de département infrastructures, M. Magawata Abdou représentant le Secrétaire Exécutif de l’organisation, M. Eric Yemdaogo TIARE.

Cet atelier de travail, note-t-on, s’inscrit dans la suite de la révision de la Stratégie pour le Développement et la Sécurité (SDS) du G5 Sahel.

« Le processus [d’élaboration, ndlr] intervient dans un contexte de grande vulnérabilité des zones frontalières, de crise sécuritaire aggravant les faibles conditions de vie des populations de l’espace du G5 Sahel. Pour cela, en complémentarité avec les efforts déployés par l’ensemble des acteurs intervenant aux côtés des États, le PIP met l’accent sur les priorités majeures à résoudre durant la période 2023 à 2025.», a déclaré, dans son discours, M. Magawata.

Poursuivant son speech, le responsable de l’organisation sahélienne a rappelé les priorités identifiées dans la SDS du G5 Sahel révisée en 2022.

Selon lui, ces priorités sont principalement de trois (3) ordres.

La première est, selon lui, « La poursuite et le renforcement de la lutte contre l’insécurité en s’appuyant sur les outils déjà créés qu’il faut consolider et en renforçant la dimension holistique de l’insécurité pour tenir compte de son évolution et de sa complexité ».

La seconde priorité, a-t-il renchéri, est « La recherche de solutions viables et durables aux causes de l’insécurité à travers des actions de développement ciblées pour créer des niches de développement, soutenir l’action des États, des Collectivités territoriales et des partenaires au développement ».

Cette dernière priorité passe, selon lui, par des actions dans le domaine de : la gouvernance en termes d’amélioration des cadres, la gouvernance en institutionnels, la lutte contre la radicalisation et la prise en compte de la question de la jeunesse et des femmes.

Cette seconde priorité se traduit aussi, selon Magawata, par les infrastructures à travers les facteurs de soutien à l’économie comme dans le domaine du désenclavement terrestre, aérien et institutionnel d’aménagement et de développement du numérique, de l’énergie, de l’hydraulique et via des outils territoriaux.

Elle passe aussi, a-t-il continué, par la résilience en travaillant davantage sur les capacités des acteurs à faire face aux crises et aux changements structurels notamment les changements climatiques avec les conséquences en termes de crises alimentaires et humanitaires.

Enfin, la troisième (3) priorité citée par le responsable de l’organisation sous régionale est « la prise en compte des effets de l’insécurité à travers des actions de résolution et de transformation des conflits mais aussi l’appui aux efforts des Etats dans la prise en charge des personnes déplacées internes et des réfugiés ».

Selon la même source, « l’axe transversal de partenariat et communication ne donne pas lieu à des programmes », notant que « Les actions dans ce cadre visent à atteindre l’objectif défini dans la SDS à travers l’amélioration du cadre, des moyens et des ressources ainsi que des outils d’intervention ».

Cette rencontre de Niamey, a souligné le Chef de département infrastructures du G5 Sahel, sera l’occasion de présenter aux participants la nouvelle monture du PIP 2023-2025, de renforcer la planification, d’examiner la budgétisation et d’assurer la coordination des projets du PIP avec ceux des Etats.

Elle sera aussi l’occasion, a-t-il informé, de valider les orientations de la SDS revue; d’assurer la cohérence entre les projets du PIP et la prise en compte des priorités des Etats, de planifier les projets du PIP au niveau national; d’examiner le budget et la capacité à mobiliser les fonds y relatifs; de proposer des orientations sur le mécanisme de financement, de suivi- évaluation et de coordination de la mise en œuvre du PIP entre le Secrétariat Exécutif, les États et les partenaires.

Au terme de son intervention, M. Magawata Abdou a réitéré ses remerciements « aux plus hautes autorités nigériennes pour avoir accepté d’abriter cette rencontre », ainsi qu’à la Fondation KONRAD Adenauer « pour son accompagnement financier mais aussi technique qui a permis d’organiser cette rencontre ».

Il a aussi adressé une mention spéciale « au projet PAGS II pour l’appui et l’accompagnement dans le processus de révision de nos documents ».

Le Programme d’Investissements Prioritaires (PIP), note-t-on, est un instrument de mise en œuvre de la Stratégie de Développement et de Sécurité du G5 Sahel. Le PIP initial élaboré et adopté par le Conseil des Ministres en juin 2014 à Niamey au Niger comprenait 120 projets.

MSB/AS/ANP 0163 Novembre 2022

RIM Web

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *