Renseignements américains: le monde en 2040 sera plus compliqué!

À chaque nouvelle élection présidentielle américaine, les renseignements américains publient un rapport sur le « monde d’après ». On avance dans le temps jusqu’en 2040. Et le futur n’est pas radieux.

« Un monde de plus en plus contesté », sous-titrent les renseignements américains. Les prédictions n’ont pas l’air d’être très positives. Joe Biden a reçu le rapport, accessible à tous dans un effort de transparence, écrit par le Conseil national du renseignement américain (NIC) composé à majorité d’agents de la CIA.

Le document vient de paraître en français ce mercredi 5 mai. Pour Piotr Smolar, journaliste au Monde, interrogé par Franceinfo, ce dossier est un moyen d’alerter le nouveau président. « Vous allez être confronté dans l’immédiat à des problèmes énormes, des problèmes de diplomatie, des problèmes de santé, des problèmes économiques, mais levez le nez, levez la tête, regardez l’horizon. »

Bonnes ou mauvaises nouvelles ?

Mais qu’est-ce qu’il annonce exactement ? Énormément de choses, dans tous les domaines. Le rapport est divisé en cinq grands thèmes : les enjeux mondiaux, la fragmentation, le déséquilibre, la contestation et l’adaptation. Les enjeux mondiaux se rapportent au changement climatique, les maladies, les crises financières et les problématiques technologiques ; la fragmentation à la division entre les peuples ; le déséquilibre au mécontentement des populations envers ce que réalisent leurs gouvernements, sentiment énormément renforcé avec la crise sanitaire ; la contestation à la compétition, aux tensions qui émergent de plus en plus entre gouvernements et peuples, enfin l’adaptation à tous ces changements qu’il va falloir réaliser pour s’adapter au monde de demain (l’augmentation des températures, le vieillissement de la population dans certaines contrées, le développement de l’intelligence artificielle…).

«  »

Santé mentale et santé planétaire

Sans surprise, on peut aussi évoquer l’impact de la crise sanitaire sur notre avenir. Le rapport indique que « les experts de santé projettent que le coût économique de la santé mentale mondiale excédera les 16 000 milliards de dollars pendant les 20 prochaines années ».

En plus de la santé mentale, le NIC aborde les problématiques environnementales. Comment ne pas les évoquer… « Les effets du changement climatique et de la dégradation environnementale vont probablement exacerber l’insécurité des ressources alimentaires et d’eau des pays pauvres, augmenter les migrations, accélérer les défis sanitaires et contribuer à des pertes dans la biodiversité », s’inquiète le rapport. Rien de nouveau, mais des effets qui nous menacent tous les jours et le feront à l’avenir aussi.

«  »

L’impact des technologies

Les nouvelles technologies seront plus synonymes de destruction que de libération et protection. Les renseignements américains s’inquiètent en effet du terrorisme qui pourrait profiter des avancées technologiques : intelligence artificielle, « biotechnologie », formations en ligne, « connectivité des objets »… Il sera possible de faire des dégâts de n’importe où et de recruter au-delà des frontières.

La manipulation des masses via la technologie sera aussi prépondérante. « Il est probable que des pays, dont la Chine et la Russie, vont utiliser des innovations technologiques pour rendre leurs campagnes d’informations plus agiles, difficiles à détecter, et plus dures à combattre, alors qu’ils essayent de gagner plus de contrôle sur les médias et les moyens de transmission et diffusion », détaille le rapport. La manipulation par la propagande d’IA. D’un autre côté, le NIC explique tout de même que cette intelligence artificielle pourrait aider à booster la productivité de certains pays, « réduire la dette nationale » ou encore « financer certains coûts liés à la population vieillissante ». Le course spatiale s’accélère aussi de plus en plus avec la Chine, principal rival des États-Unis.

«  »

Les scénarios pour 2040

Le rapport décrit et détaille cinq scénarios différents pour notre monde en 2040, chacun avec un titre. L’Institut Montaigne les analyse : « Si « Un monde à la dérive » est basé sur la poursuite des tendances actuelles, et « Silos séparés » décrit une planète divisée en sphères d’influence, « Coexistence compétitive » voit deux blocs coopérer sans conflit majeur, « Tragédie et mobilisation » – le plus inventif – imagine un partenariat sino-européen pour le multilatéralisme et le développement se développer à la suite d’une grave catastrophe alimentaire mondiale, et « Renaissance des démocraties » imagine la restauration d’un ordre libéral ». Un petit d’optimisme dans cet océan de mauvaises nouvelles.

« Les rapports du NIC n’ont pas pour ambition de prédire l’avenir : il s’agit bien de prospective, exercice qui consiste à dégager les grandes tendances de l’environnement politique, militaire, économique et social, pour prévoir les futurs possibles en fonction de ces évolutions », précise l’Institut Montaigne, « et, le cas échéant, permettre d’agir pour que les événements les plus négatifs ne se produisent pas ». En 2009, le rapport prévoyait le départ d’une pandémie d’Extrême-Orient d’ici 2025.

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *