Yémen : les États-Unis et l’UE annoncent des aides additionnelles de plus de 400 millions de dollars

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi 22 septembre une aide additionnelle de 290 millions de dollars et l’Union européenne de 119 millions d’euros (139 millions de dollars) pour le Yémen, pays en guerre frappé par la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU.

Ces aides pour le Yemen ont été collectées lors d’une réunion ministérielle organisée par la Suède, la Suisse et l’UE en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

En comptant les contributions d’autres pays, elles atteignent au total 600 millions de dollars, soit un milliard de moins qu’escompté, a déploré le responsable d’Oxfam pour le Yémen, Muhsin Siddiquey, dans un communiqué.

L’aide internationale vise à apporter une assistance humanitaire à 20 millions de personnes dans les domaines de la santé, l’alimentation, l’eau potable et l’éducation.

«Seize millions de personnes sont menacées par la famine», a lancé le directeur général du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, lors de la réunion. «Nous sommes à court d’argent et d’ici le mois d’octobre, nous devrons réduire les rations alimentaires de 3,2 millions de personnes et d’ici décembre de 5 millions de personnes», a-t-il averti.

En conflit depuis 2014

Les Etats-Unis, premier contributeur d’aide et alliés de l’Arabie saoudite, un des acteurs du conflit, portent ainsi leur effort humanitaire pour le Yemen à 800 millions de dollars sur 2021 et plus de quatre milliards de dollars depuis le début de la crise en 2014, a précisé le Secrétariat d’Etat américain. L’UE va fournir pour sa part 75 millions d’euros sur son budget d’aide développement et 44 millions sur celui de l’aide humanitaire, a précisé une source diplomatique européenne, ce qui porte au total son aide à 209 millions en 2021.

Le conflit oppose depuis 2014 les rebelles houthis, soutenus par l’Iran chiite, aux forces du gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite sunnite. Le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, importe 90% de sa nourriture pour subvenir aux besoins de ses quelque 30 millions d’habitants. Les deux tiers dépendent des aides internationales.

En mars, l’ONU, la Suède et la Suisse avaient organisé une conférence de donateurs à laquelle ont participé environ 100 pays qui a réuni à peine la moitié des fonds escomptés. L’objectif de l’ONU était de lever 3,85 milliards de dollars mais seulement 1,7 milliard ont alors été promis.

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *