Le porte-parole du gouvernement et la ministre de l’Enseignement supérieur face à la presse

Des membres du gouvernement ont commenté mercredi après-midi, les résultats du conseil des ministres tenu plus tôt dans la matinée.

Il s’agit du ministre de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, M. Moktar Ould Dahi et de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Amal Sidi Cheikh Abdallahi.

Le porte-parole du gouvernement a indiqué que le conseil a examiné et approuvé, plusieurs projets de lois, de décrets et des communications, dont les projets de décret portant approbation de conventions d’établissement entre la Mauritanie et des sociétés de divers secteurs d’activité.

Le porte-parole du gouvernement a également mis en exergue le projet de décret relatif à la création d’un Institut supérieur du Numérique.

A ce sujet, la ministre de l’Enseignement supérieur a souligné que la création de l’institut s’inscrit dans le cadre du processus engagé par le Gouvernement, en matière de transition numérique et de l’amélioration de l’usage des nouvelles technologies dans le développement socioéconomique.

L’institut dont le siège sera à Nouakchott, va accueillir 200 étudiants dès la rentrée académique. La ministre a par ailleurs précisé que le volume horaire consacré aux cours magistraux sera limité à 26%, pour privilégier les travaux pratiques et des immersions au niveau des établissements du pays. La première promotion doit sortir en 2024. La ministre s’est dite confiante quant à la contribution significative de l’institut, en termes de diversification des compétences et de développement de l’économie numérique.

La ministre a été interpellée sur plusieurs questions concernant son département. Elle a énuméré une série de mesures prises, afin de faciliter l’accès à l’enseignement supérieur, dont la levée de l’interdiction d’inscrire des bacheliers âgés de plus de 24 ans ou plus à l’université. Elle a également cité la possibilité donnée aux titulaires d’un baccalauréat série D, d’entrer en polytechnique et à ceux titulaires d’un baccalauréat série C de s’inscrire en médecine. Elle a également confirmé qu’il est prévu d’ouvrir un département pharmacie lors de la prochaine rentrée académique.

La ministre de l’Enseignement supérieur a enfin indiqué que la Mauritanie compte cette année, 265 boursiers d’État (207 bacheliers et 58 licenciés), notant au passage, qu’une discrimination positive en faveur des femmes a été instaurée.

Le porte-parole du gouvernement, est revenu plus en détail sur la convention d’établissement entre le Gouvernement et la société Nahda. Il a déclaré qu’elle permettra la mise en place d’un complexe agro-industriel à Keur Macène, au Trarza. La société Nahda, selon le ministre, s’est engagée à investir un milliard d’ouguiyas pour contribuer à l’autosuffisance en produits laitiers, en aliments de bétail et en viandes rouges. De plus, il est prévu la création de 1500 emplois directs et de plus de 3000 emplois indirects.

S’agissant de la hausse des prix, le porte-parole du gouvernement a insisté sur le fait que des mesures ont déjà été prises, dont l’administration des prix de denrées de première nécessité. Il a rappelé que l’Union nationale du Patronat mauritanien (UNPM) a été impliquée dans le processus qui a mené à la série de mesures.

Pour ce qui est de la situation sanitaire, le ministre a annoncé que la Mauritanie a atteint 21% de ses objectifs, en termes de vaccination. Il salue cette avancée mais il estime qu’elle reste en deçà des attentes. C’est pourquoi, il a exhorté les populations à se vacciner. Il a en outre invité à l’observation stricte des mesures barrières, pour éviter la propagation du coronavirus et ses conséquences négatives.

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *