AJD/MR : nous sommes attachés à la préservation du français dans l’enseignement et l’administration

Alakhbar – Le parti de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement du Renouveau (AJD/MR) a mis en exergue son attachement à la préservation de la langue française dans l’enseignement et l’administration, qualifiant l’inverse de discrimination à l’encontre des concitoyens formés dans cette langue, notamment ceux dont la langue maternelle n’est pas l’arabe : Négro-Africains.

Les concertations sur la réforme du système éducatif étaient mal préparées, a estimé le parti, indiquant qu’elle visait l’approbation d’une orientation idéologique, précisant que son but était tout sauf ce que nous pensons être utile pour mettre en place un bon enseignement national respectueux de notre diversité et de notre unité.

Rien ne peut redonner à notre éducation nationale toute sa splendeur si elle n’est pas placée dans une vision générale et futuriste pour notre nation et pour la citoyenneté de demain que nous voulons voir émerger, précise le communiqué de l’AJD/MR.

Il semble dans ces circonstances qu’imaginer des journées de concertation sur l’éducation nationale, mettant à l’écart le problème fondamental de la construction nationale, est une démarche le fond reste ambigu, ajoute le parti.

Nous ne comprenons pas la raison de cette précipitation pour discuter de manière isolée les questions de l’enseignement et des langues nationales des autres problèmes, souligne l’AJD/MR, selon laquelle, ces problèmes n’ont-ils pas leur place dans un dialogue national paisible entre toutes les forces vives du pays, en plus d’autres questions nationales ?

Concernant la participation du parti à ces discussions, le communiqué précise : nous pensons que ces questions sont suffisamment structurelles pour notre cause nationale pour qu’elles ne soient discutées que dans le cadre d’un dialogue national, précise le parti, si si nous voyons qu’il est utile d’avoir un vrai dialogue entre toutes les forces vives de notre pays, nous mettrons au premier plan la question principale qui épuise notre nation, menace sa stabilité et son unité, à savoir la question de la coexistence qui est affectée à travers la discrimination à laquelle sont exposées les communautés noires du pays.

L’Alliance et ses partenaires ne participeront à aucun dialogue qui n’aborde pas ces questions fondamentales, ajoute le communiqué.

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *