Mali : Choguel Maïga peut-il revenir sur les accords militaires signés avec la France ?

Le Premier ministre malien a vivement critiqué les traités militaires qui lient Paris et Bamako, affirmant que le Mali « ne peut même pas survoler son territoire sans l’autorisation de la France ». Souhaite-t-il réellement les amender ou surfe-t-il sur le sentiment anti-français ?

Habitué à tenir des propos acerbes à l’endroit de la France, le chef du gouvernement malien s’est fendu, le 15 janvier, d’une nouvelle salve d’attaques. Alors qu’il répète à l’envi que Paris a « empêché l’armée malienne d’entrer à Kidal » et y a créé « une enclave terroriste », puis dénoncé son « abandon en plein vol » dans la lutte contre le terrorisme, Choguel Kokalla Maïga a cette fois-ci remis en cause les fondations mêmes des accords militaires qui lient les deux pays lors d’une interview fleuve diffusée sur les ondes de l’ORTM, au cours de laquelle il a évoqué la coopération militaire avec la Russie, les assises nationales ou encore le calendrier de la transition.

« Accords déséquilibrés »

Principal point de friction évoqué par le Premier ministre lors de cet entretien : l’espace aérien malien. « Nous voulons relire les accords déséquilibrés qui font de nous un État qui ne peut même pas survoler son territoire sans l’autorisation de la France », a-t-il tancé.

QUAND LES MALIENS VEULENT FAIRE DÉCOLLER UN AVION, ILS NE DEMANDENT PAS, ILS LE FONT. ILS SONT CHEZ EUX

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *