Nouveaux heurts sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem

Le Figaro – Des accrochages ont éclaté jeudi 5 mai entre policiers israéliens et des Palestiniens sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, où des fidèles juifs ont recommencé à se rendre en nombre malgré les craintes d’une nouvelle escalade.

La police israélienne a pénétré sur l’esplanade pour «repousser» des «dizaines d’émeutiers ayant lancé des projectiles» et l’un de ses membres a été légèrement blessé, selon un communiqué.

De son côté, le Croissant-Rouge palestinien a fait état de deux blessés palestiniens qui ont été évacués à l’hôpital.

Renforcement de la police

Selon un photographe de l’AFP sur place, la police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc après avoir renforcé sa présence devant la mosquée al-Aqsa située sur l’esplanade, troisième lieu saint de l’islam mais aussi le site le plus sacré du judaïsme sous son nom de Mont du Temple.

Après une pause de plusieurs jours liée à la fin du mois de jeûne musulman du ramadan, des fidèles juifs se sont rendus sur l’esplanade jeudi, le jour du 74e anniversaire de la création de l’État d’Israël selon le calendrier hébraïque, coïncidant avec la fin des célébrations musulmanes de l’Aïd al-Fitr.

«De 07H00 à 11H00, environ 600 extrémistes (juifs, ndlr) provenant de 25 organisations différentes sont venues à l’esplanade», a déclaré à l’AFP le cheikh de la mosquée al-Aqsa, Omar al-Kiswani. En vertu d’un statu quo tacite, les non-musulmans peuvent se rendre sur l’esplanade mais sans y prier. Or le nombre croissant de juifs s’y rendait et le fait que certains d’entre eux y prient subrepticement, suscitent des craintes d’une remise en cause de ce statu quo chez de nombreux musulmans.

«Faible»

La semaine dernière, le chef du mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza, Yahya Sinouar, a menacé Israël de tirs de roquettes en cas de «nouvelle agression» sur la mosquée Al-Aqsa. En avril, les forces de l’ordre israéliennes ont pénétré dans la mosquée Al-Aqsa, suscitant une vague d’indignation chez les Palestiniens et dans des pays du Moyen-Orient.

Au pouvoir à Gaza sous blocus israélien, le Hamas affirme vouloir défendre l’esplanade des Mosquées. Il y a près d’un an, des tirs de roquettes du Hamas sur Israël après des heurts à Jérusalem-Est ayant fait des centaines de blessés palestiniens, ont provoqué une guerre de 11 jours avec l’armée israélienne.

Pourparlers avec la Jordanie

«La montée (jeudi) des Juifs sur le Mont du Temple prouve que le Hamas est une organisation faible qui peut être facilement maîtrisée. En ce 74e anniversaire de l’indépendance de l’État d’Israël, il est important que même les membres du gouvernement se souviennent que nous sommes un État indépendant», a commenté sur Twitter le chef de file de l’extrême droite israélienne Itamar Ben Gvir (opposition).

Au cours des dernières semaines, le gouvernement de Naftali Bennett a répété ne pas vouloir changer le statu quo en vigueur sur l’esplanade, un foyer de tensions à Jérusalem, et mené des pourparlers avec la Jordanie, pays voisin qui administre le lieu saint musulman, dans l’espoir d’éviter des dérapages.

Le gouvernement israélien, qui contrôle l’accès au site, a maintenu sa réouverture jeudi aux juifs malgré des appels de responsables palestiniens et régionaux qui craignaient de nouveaux heurts.

«Déclaration de guerre»

Depuis la mi-avril, des heurts entre policiers israéliens et palestiniens ont fait près de 300 blessés, en grande majorité des Palestiniens, sur l’esplanade située dans la partie palestinienne de Jérusalem, occupée depuis 1967 par Israël.

La décision du gouvernement Bennett est «une déclaration officielle israélienne de guerre de religion qui enflammera toute la région», a déclaré dans un communiqué le ministère palestinien des Affaires étrangères. Le ministère a accusé Israël de vouloir «judaïser» l’esplanade des mosquées et la police d’avoir bloqué la porte de la mosquée al-Aqsa alors que des fidèles musulmans s’y recueillaient.

De son côté, la Jordanie a fustigé la décision du gouvernement israélien de permettre à des «extrémistes» juifs «d’entrer par effraction» sur l’esplanade, affirmant que leur présence sur place devait être «coordonnée» au préalable avec le Waqf jordanien, l’autorité responsable des lieux de culte musulmans.

Le Figaro

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *