Conférence de presse du maire de Boghé sur l’agression d’un conseiller municipal et responsable de l’AJD/MR

Terroir Journal – “L’enquête a été diligentée automatiquement par la police et qui a rapidement permis d’arrêter la bande de malfrats qui a commis cet acte regrettable”

Le 27 avril 2022, le maire de la commune de Boghé a animé une conférence de presse au profit de la presse locale. Conférence de presse en présence de plusieurs notabilités de la localité et des membres de la société civile.

Après les souhaits d’une bonne fin de ramadan formulés à l’endroit des participants, le maire a proposé de s’adresser à l’assistance en langue Pular et de traduire en Hassaniya. Ce qui a été accepté. Adama Moussa était entouré du 2ème adjoint au maire, DIA Mamoudou et de NDIAYE Daouda, Fédéral de l’UPR au Brakna.

Après avoir adressé ses salutations à toute l’assistance présente à ce rendez vous important et souhaiter un ramadan Kérim à tous.

Quatre points ont été abordés dans cette conférence de presse. L’agression de Tidjane Souleymane BA le 21 avril 2022 vers 23 H 30 (un citoyen, un notable de Boghé, un acteur politique), l’organisation d’un forum économique au mois de septembre qui sera jumelé avec le festival “Les blues du fleuve” et le projet de jumelage avec la ville de Changaî.

Une conférence de presse qui a été l’occasion d’apporter un démenti cinglant à ceux qui soutiennent mordicus, que l’agression serait commanditée par des cadres du pouvoir tapis dans l’ombre. L’enquête de la police a permis de mettre la main sur une bande de trois jeunes, natifs de Boghé et qui ont avoué être les véritables auteurs de cette agression ignoble contre Tidjane Sileymani BA, dans la soirée du 21 avril 2022 à l’entrée de Boghé Escale.

Mieux encore, durant le dernier conseil municipal, ce problème d’insécurité a été posé devant les élus, déclare le maire et même le problème de la drogue qui ravage les jeunes, heureusement que le couteau n’a pas atteint le cœur de la victime de l’agression. “Trop, c’est trop, il faut qu’on en parle. Boghé est devenu la plaque tournante de la drogue. Boghé DOW, Escale, la digue et même à Sarandogou, nous sommes envahis partout par ce fléau qui prend de l’ampleur”, a pesté le maire.

“Certaines personnes n’osent plus sortir la nuit, trop c’est trop. Il faut qu’on s’organise en comité de vigilance. Les auteurs de cette agression ont été identifiés, ils sont des fils de Boghé, nos enfants”, a dit le maire. “Mon adjoint DIA a attiré mon attention sur un entretien qui s’est mal passé entre un groupe de militants de l’AJD/MR et le Hakem. Ce qui m’avait poussé à dire à Tidjane de ne pas aller voir le Hakem par rapport à l’agression. C’est une affaire de justice”, a dit le maire. “Informer le Hakem qui est administratif, oui, mais pas dans le cadre politique, il ne fallait pas.”

Enquête expresse et auteurs de l’agression démasqués, arrêtés et déferrés

“Cependant, nos frères de l’AJD/MR avaient une autre compréhension de cette affaire”, a précisé le maire. “L’enquête a été diligentée automatiquement par la police et qui a rapidement permis d’arrêter la bande de malfrats qui a commis cet acte regrettable. Les auteurs sont aujourd’hui déferrés auprès du procureur du Tribunal d’Aleg avec le portable qui est sous scellé” a déclaré Adama Moussa.

Les agresseurs sont Mountagha SARR né en 1998 à Boghé et Baba Bocoum né en 2003 à Boghé (auteurs) et ils sont avec un certain Hamadi DIAW (acheteur du portable) né en 1995 à Boghé.

Ces jeunes n’ont rien de politique ni de sportif, a affirmé le maire. J’ai vu une déclaration dans laquelle, tout le monde est indexé dans cette agression. C’est aller trop vite, a déclaré le maire. “Il est de mon devoir de convoquer cette conférence de presse pour parler et apporter des clarifications sur cette affaire. Cette affaire pouvait frapper n’importe quel autre personne” a martelé Adama Moussa, lèvres souriantes en cette période de fin de ramadan pour montrer l’importance de ce dossier pour la municipalité, pour les populations de Boghé, en général.

J’ai décommandé, une réunion importante (réunion de sécurité) à laquelle devait participer le maire adjoint, DIA Mamoudou, a poursuivi le maire. Cette affaire est devenue trop politique comme le montrent ces documents tirés de l’internet alors que c’est une affaire ordinaire et qui porte la marque de jeunes délinquants, nos enfants de surcroit, a précisé le maire. C’est arrivé à l’imam Ould Die, agressé sauvagement à 5 heures 30 du matin, le 29 mars passé.

Cependant, ce dernier s’en est sorti avec des blessures graves à la main, a rappelé le maire. Nous en tant que conseillers, on est informé de la gravité de la situation mais nous ne faisons rien. Il faut que l’un de nous soit touché pour réagir, a affirmé le maire.

Chers parents, on doit s’éveiller et se tenir débout dès à présent pour trouver des solutions au lieu de s’embourber dans ces polémiques dans les réseaux sociaux et la presse, a déclaré l’édile de la ville. Au sein de l’AJD/MR, je continue de garder d’excellentes relations avec des cadres éminents de ce parti, chacun défend ses convictions et nous continuons notre vie, a déclaré Adama.

C’est un cas ordinaire d’un groupe de jeunes qui cherchaient un portable et de l’argent et il n’y a rien de politique dans cette affaire, a affirmé Adama Moussa. Quand le Hakem, il a compris que certains camarades de l’AJD/MR étaient très excités dans le bureau, il leur a dit d’aller voir le commissaire de police pour lui dire ce qu’il pense de cette affaire.

A ce niveau, le maire a demandé à son adjoint de s’exprimer. Ce dernier a abordé sa visite à Tidjane, au lendemain de l’agression. Mais aussi la rencontre entre le Hakem et la délégation de l’AJD/MR, notant au passage que le Hakem a fait savoir aux camarades de Tidjane qu’il met fin à leurs discussions dès lors qu’ils parlent de politiques dans cette affaire. Vous nous expulsez de votre bureau, ont déclaré les émissaires de l’AJD/MR au Hakem.

Adama reprend la parole pour dire que même si on parle de personnes cagoulées, de commanditaires la vérité a fini par éclater, a-t-il dit. Eviter la politique qui divise beaucoup plus qu’elle unie a affirmé le maire ; on est investi pour résoudre les problèmes de la commune.

Forum économique et jumelage à l’ordre du jour

S’agissant du 2ème point, l’organisation d’un forum économique, le maire compte beaucoup sur le projet de jumelage avec la ville de Changaî qui dispose des moyens pour investir très rapidement pour le développement de la commune. Le jumelage éventuel entre la commune de Boghé et la ville Marrocaine de Kénitra a été aussi abordé.

Une première question a atterri, c’est celle relative à l’éclairage public de la ville qui reste très obscur selon “Le Terroir-NGENNDI”, n’a t-il pas été déclencheur de ce malheureux incident, a interrogé le dirpub du mensuel régional.

Adama a apporté une réponse selon laquelle, le problème posé par le terroir est bien juste. Par le passé, continue le maire, la commune a beaucoup investi dans l’éclairage public. Et même maintenant, la commune a adressé plusieurs correspondances qui restent accessibles à la Moughataa, a dit le maire. En y ajoutant que les populations restent réfractaires à l’éclairage et sont plus à l’aise quand il fait obscur, selon Adama Moussa. Mais, la mobilisation pour résoudre ce problème d’éclairage public va continuer, a rassuré le maire.

Hamadi Abou DIOP du journal Mauritanoix a posé une question relative à l’insécurité de la ville. A ce sujet, Adama a évoqué les efforts déployés par la mairie pour garantir plus de sécurité pour les populations.

Yacoub O Dah du site d’information arabophone SAHA a axé ses questions sur l’insécurité et esquissé des ébauches de solutions.

D’autres acteurs de la société civile et des notabilités se sont exprimés sur l’insécurité dans la ville en général. C’est sur ce que s’achève la rencontre avec la presse.

Compte rendu de Daouda Abdoul Kader DIOP

Keita

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *