Se ressaisir, avancer, triompher

Ma lettre aux Mauritaniens

D’emblée, je réitère ma position exigeant la reprise du vote du 13 mai 2023 et félicite la totalité des courants de l’opposition – et certains de la majorité – de leur alignement sur la ligne de l’annulation, compte tenu de l’ampleur, sans précédent, de la fraude et des irrégularités. Je les remercie, également, du soutien public et ferme, qu’ils me témoignèrent pendant ma détention. D’un élan commun, ils ont perçu l’étendue de la falsification du verdict des urnes et diagnostiqué l’obstruction brutale à l’attente d’une compétition dans la transparence et la paix.  Un tel acharnement constitue une excitation à la « violence libératrice ». En conséquence, notre engagement ne varie contre l’imposition d’un résultat erroné.

Au lendemain du sabotage du scrutin général des 13 et 27 mai 2023 – évènement qui nous vaut une « défaite cuisante » malgré la mobilisation des Mauritaniens en faveur du changement, première étape vers la rupture salutaire – l’heure de l’introspection critique est venue. Par-delà la faillite de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni) et en dépit de la distorsion des moyens de campagne au profit du parti-Etat, avatar du Prds et de ses satellites de la mouvance conservatrice, l’opposition, quoique légitime à remplir son rôle de dénonciation, ne peut plus s’exonérer de l’autocritique, si elle entend rehausser et honorer sa mission. Dans la diversité de ses composantes, débarrassée des contingences d’égo, de la discorde par média interposés et des querelles de préséance qui ne cessent d’en miner le parcours, elle ne saurait, à présent, éluder l’impératif d’une refondation sur des bases de confiance, de solidarité, d’innovation et de disponibilité constante et décomplexée à réévaluer son devenir.

L’habitude de la réprobation en paroles, les communiqués de presse, le magistère de la rhétorique audio-visuelle, la paresse consécutive et le réveil saisonnier à l’occasion du suffrage universel consacrent l’échec de méthodes désormais en décalage avec l’ampleur de la tâche. Face à l’essor du tribalisme et devant l’arrogance de l’oligarchie de la prébende, de la prédation et de l’impunité raide, il nous faut observer, ensemble, un moment de réflexion et de remise en cause. Il ne s’agit plus seulement d’un choix de rationalité mais d’un réflexe de survie. Il nous échoit de renouer le lien à la société civile, reconnaître la communauté des blogueurs, convenir de la répartition des tâches, y pourvoir sans relâche, incarner l’espoir, retrouver le chemin de la persuasion et, enfin répugner à nous rabattre, toujours, sur les facilités oratoires de l’imprécation dont la suite en actes se perd – souvent inaudible – dans la tuyauterie de l’instantané et du virtuel.

A défaut de l’élan vigoureux pour se réunir et alimenter la certitude que nous sommes dignes de vaincre par le nombre, voire de restaurer les équilibres fondamentaux de la Mauritanie, notre errance se poursuivrait ; l’un après l’autre, à force de privations et de lassitude, de faim et de faiblesse, nous deviendrions les acteurs d’un pathétique théâtre de marionnettes dont la gent militaire et ses relais marchands ne se lasseraient de rire.

Notre désunion les engraisse, prolonge leur ardeur à garder le pouvoir et, ainsi, amplifie la béance entre le peuple et nous, son avant-garde lucide. Or, le génie mauritanien recèle d’immenses ressources de résistance, de créativité et d’optimisme. J’invite mes compatriotes à revisiter et investir tant d’atouts féconds, plutôt à se les réapproprier, se rassembler et retrouver la voie de la réussite par le mérite qui est l’attestation même de l’égalité si chère aux justes.

Aussi, après « l’insuccès dans les urnes » et avant le cumul de ses vicissitudes potentielles, j’invite, mes compatriotes, à soutenir le projet des Assises de la refondation de la République islamique de Mauritanie, auquel je convie les volontés dont la dignité et la détermination subsistent et prospèrent, encore, à l’abri de la majorité alimentaire, vivier de la médiocratie et point de chute des chefferies fin de race. Je m’engage à mener le travail d’explication, auprès des partis, des associations, des corporations de métiers et des élus qui partagent le devoir d’abroger la résignation et, aspirent, autant, à éradiquer la vanité d’attendre une délivrance venue des cieux.

En toute humilité et disponibilité, je présente l’initiative à mon camp, celui, bien compris, des patriotes émancipés de l’ethnicité, réfractaires à l’Etat-boutique et résolus à exister et mourir, sans jamais courber l’échine ni sacrifier au fait accompli.

Biram Dah Abeid, député et candidat à l’élection présidentielle 2024
Mauritanie / Nouakchott, 30 mai  2023

chezvlane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *